Noblesse oblige, Chamborant autant

Passation de commandement à Chamborant

Mise à jour : 04 juillet 2021

Carton passation de commandement Robert de Saint-Victor - Pezet recto Carton passation de commandement Robert de Saint-Victor - Pezet recto
Carton passation de commandement

Le colonel Robert de Saint-Victor passe les troupes en revue et salue une dernière fois l'étendard avant de quitter son commandement
Dernière revue des troupes et salut à son étendard

C'est le samedi 26 juin que s'est déroulée sous un soleil radieux la passation de commandement de Chamborant Houzard entre le Colonel Maurice Robert de Saint-Victor et le Lieutenant-colonel Marc Pezet.

La cérémonie, sous la présidence du Général de Division Germain Barrau, commandant le Renseignement de l'Armée de Terre (qui s'était excusé) et sous l'autorité du Général Patrick Justel, commandant en second le Renseignement Terre, a comporté plusieurs phases bien distinctes.

Les troupes, en tenue 22 chemisette et béret brun-marron, ont été passées en revue pour la dernière fois par le Lieutenant-colonel Tony Soulard, commandant en second, lequel cèdera sa place au Lieutenant-colonel Nicolas Juin et rejoindra l'Ecole du Renseignement de l'Armée de Terre (ERAT) à Saumur comme directeur de la formation à l'été. Celui-ci a ensuite présenté les Chamborant à son chef de corps.

Les honneurs à l'étendard, porté à cheval, ont ensuite été rendu par le Colonel Maurice Robert de Saint-Victor. Une garde à pied prenant ensuite le relai sur les rangs, pour éviter les désagréments ayant conduit à la chute du porte-étendard lors de la remise des décorations il y a deux ans.

Le chef de corps a ensuite accueilli les autorités, le général Justel entouré des anciens chefs de corps formant deux rangs protocolaires car du fait de la trêve électorale aucun élu ne pouvait participer à cette cérémonie. Après les honneurs devant l'étendard des autorités, le général a passé les troupes en revue en cédant traditionnellement sa place pour la revue de son régiment au chef de corps sortant.

Le Lieutenant-colonel Marc Pezet, 87e Mestre de camp, défile à la tête des Chamborant
Le Lieutenant-colonel Marc Pezet défile à la tête des Chamborant

Le Lieutenant-colonel Marc Pezet, 87e Mestre de camp, à la tête des Chamborant, salue les autorités
Le Lieutenant-colonel Marc Pezet salue les autorités

A l'issue, un hommage spécial aux morts du régiment, en particulier nos deux camarades décédés au Mali cet hiver, a été rendu au travers d'un morceau composé par l'Adjudant-chef Thierry Mouchot intitulé "Frère d'armes", interprété par la fanfare.

Plusieurs Chamborant ont ensuite été mis à l'honneur au travers d'une remise de décoration faite alternativement par le général Justel et le chef de corps, médaille militaire, croix du mérite, dont celle d'officier au Colonel Robert de Saint-Victor, et une valeur militaire courageusement gagnée au Mali.

Le général Justel a ensuite lu l'ordre du jour retraçant les deux années de commandement pour le colonel Robert de Saint-Victor et procédé à la passation de commandement de commandement proprement dite, intronisant le Lieutenant-colonel Pezet par les paroles traditionnelles : "De par le Président de la République, vous reconnaitrez désormais pour votre chef, le lieutenant colonel Marc Pezet, ici présent, et vous lui obéirez en tout ce qu'il vous commandera pour le bien du service, l'exécution des réglements militaires, l'observation des lois et le succès des armes de la France.".

Le nouveau chef de corps a ensuite pris la tête du défilé à pied et motorisé et la famille Chamborant et ses invités se sont ensuite retrouvés sur les pelouses du régiment pour un déjeuner, les traditionnelles remises de cadeaux et discours, volontairement et judicieusement limités. Huit anciens chefs de corps étaient venu entourer leurs successeurs, sortant et entrant, montrant par là leur attachement à Chamborant Houzards.

Neuf anciens chefs de corps de Chamborant entourant le nouveau mestre de camp : de gauche à droite : colonel Maurice Robert de Saint-Victor (86e), général de corps d'armée (2S) Christian Lépinette (76e), général Guillaume Danès (82e), lieutenant-colonel Marc Pezet (87e), général de Division (2S) Martin Renard (79e), colonel Ronan Haicault de la Regontais (83e), colonel (R) Bertrand Ballarin (75e), général de division Eric Maury (80e), colonel Jean-Hilaire Millet-Taunay (84e), colonel Hubert Brumel-Jouan (85e).
Les anciens chefs de corps entourant le nouveau
(pour voir les noms cliquez sur la photo)

Le Lieutenant-colonel Marc Pezet connait bien le régiment où il a servi l'essentiel de sa carrière et notamment au cours des deux années passées puisqu'il était le chef du bureau renseignement instruction (BROI). Son successeur au poste de chef BROI, actuellement en opérations, arrive de l'ERAT et connait bien le régiment également .

Un Chamborant nous a quitté

Mise à jour : 29 juin 2021

L'Amicale et les Houzards de Chamborant ont la tristesse et la douleur de vous annoncer le décès, le 25 juin 2021, d'un des leurs en la personne de l'Adjudant-chef Francis Lecieux, qui a servi au régiment de 1994 à 2001 et fût notamment le Président des sous-officiers du régiment pendant quatre ans de 1995 à 1999, sous les commandements des colonels Michel et Ballarin.

L'Adjudant-chef LECIEUX portant le fanion du chef de corps (Col Lepinette) pour le 14 juillet 1999
L'adjudant-chef Francis Lecieux

L'Adjudant-chef LECIEUX portant le fanion du chef de corps (Col Lepinette) pour le 14 juillet 1999
VBL du chef de corps 14 juillet 1999

Il est ici photographié lors du défilé du 14 juillet 1999 à Paris, où il portait le fanion du colonel Lépinette, nouveau chef de corps, avec lequel il avait d'ailleurs servi auparavant à l'Escadron d'éclairage divisionnaire de la 3° Division (EED 3) à Stetten en Allemagne. Il venait de terminer son deuxième mandat de Président des sous-officiers et de céder la place à l'Adjudant-chef Zouaoui. Francis Lecieux a terminé sa carrière à Chamborant comme chef du service général.

L'adjudant-chef Lecieux avait 70 ans et a succombé à un cancer contre lequel il se battait courageusement.

La cérémonie des obsèques aura lieu au crématorium de Mareuil-les-Meaux (77) , le mercredi 30 juin à 15h15 - dans l'intimité familiale - et ses cendres seront déposées au colombarium du cimetière de la ville basse de Provins (77) le jeudi 1er juillet à 11h00.

L'Amicale, et au travers elle tous les Chamborant, assurent sa famille, en particulier son épouse, Madame Lecieux, et son fils Thomas, qui nous a contactés, de leurs plus attristées et sincères condoléances.

Emporté aux enchères

Mise à jour : 18 mars 2021

Tableau du Lieutenant Ratisbonne - Salle d'Honneur du 2e Régiment de Hussards - Haguenau
Le tableau en salle d'honneur

Gourmette en argent du Lieutenant Ratisbonne - Salle d'Honneur du 2e Régiment de Hussards - Haguenau - recto
Gourmette emportée aux enchères

Gourmette en argent du Lieutenant Ratisbonne - Salle d'Honneur du 2e Régiment de Hussards - Haguenau - recto

Le 12 décembre dernier (voir post-infra) nous vous faisions part de l'achat par notre officier traditions, le Chef d'Escadrons (R) Gérard-Antoine Massoni, d'un tableau (huile sur toile) représentant un officier du régiment, mort pour la France en 1916, le sous-lieutenant (R) René Ratisbonne.

Suite à cet article, un officier de réserve des Troupes de Marine nous a gentiment signalé que la gourmette en argent du Lieutenant Ratisbonne était en vente sur un site de vente aux enchères.

Considérant qu'il était toujours intéressant sur le plan muséographique d'associer un ou des objets avec la photo ou le portrait d'un personnage, votre serviteur s'est mis en veille pour tenter de remporter les enchères sur cet objet. Hier soir à la fin des enchères il a pu coiffer l'autre acquéreur "sur le poteau" grâce aux conseils de quelques spécialistes de ce genre d'acquisitions. Ces ventes ne sont en effet jamais gagnées d'avance et peuvent se perdre dans les 30 dernières secondes, face à un acquéreur posté en embuscade.

Cette fois-ci c'est le hussard qui était en embuscade ... je serai très heureux d'offrir cet objet pour la salle d'honneur, laquelle est en train, toujours sous l'égide de notre officier traditions de se "refaire une beauté", notamment au travers de fonds de vitrine très réussis (voir photos infra).

Salle d'Honneur du 2e Régiment de Hussards - Haguenau - Nouvelle vitrine fond combat Stockem Salle d'Honneur du 2e Régiment de Hussards - Haguenau - Nouvelle vitrine fond gouache Barbier - vide Salle d'Honneur du 2e Régiment de Hussards - Haguenau - Nouvelle vitrine fond gouache Barbier - pleine Salle d'Honneur du 2e Régiment de Hussards - Haguenau - Nouvelle vitrine fond Nungesser
Les vitrines rénovées de la salle d'honneur du 2° régiment de Hussards à Haguenau

Souscription : bronze de hussard de Meissonier

Mise à jour : 15 mars 2021

Copie de bronze de hussard par Meissonier (1815-1891) - souscription 1er Hussards Parachutistes
Copie de bronze Meissonier en souscription

Le 1er Régiment de Hussards Parachutistes, nos frères de Bercheny (qui occupent à Tarbes notre ancien quartier), lançent par l'intermédiaire de leur chef de corps, qui souhaite doter sa sallle d'honneur d'un bronze de hussard, une souscription visant à acquérir une copie d'un bronze du célèbre artiste Ernest Meissonier (1815-1891), laquelle sera réalisée par la Fonderie de Bronze Lauragaise (FBL).

L'objet mesure 22 cm de hauteur et sera vendu 1 100 € pièce. Le 1er Hussards lancera la réalisation à partir de 10 commandes fermes et il faut environ 10 semaines pour la réalisation par les ateliers de fonderie.

Les personnes intéressées sont priées de se faire connaître par mail auprès du webmaster qui transmettra à Bercheny, lesquels prendront le relai et leur donneront les éléments (bon de souscription, conditions de paiement, etc.

Divers documents anciens concernant des Chamborant

Mise à jour : 14 mars 2021

Brevet d'aide-major à Turpin Hussards de Jean-Antoine KUHN
Brevet d'aide-major Turpin Hussards

Brevet d'aide-major à Turpin Hussards de Jean-Antoine KUHN - détail
Brevet d'aide-major Turpin Hussards - détail

Brevet de second aide-major (1758)

Le chef d'Escadrons (R) Massoni, notre officier traditions, nous transmet, un très intéressant et très rare brevet sur vélin (35 cm X 25 cm) de second aide-major de nouvelle création dans le régiment des hussards de Turpin, du 3 décembre 1758, établi au profit de Jean-Antoine KUHN - signature du secrétariat royal.

L'aide-major (un lieutenant) est une fonction et non un grade : il seconde le major qui est chargé pendant la campagne de l'organisation des logements de la troupe, de l'organisation des gardes, des détachements, de la transmission des ordres, de la police et de la discipline, etc. Lorsque le régiment est stationné en ville, le major peut visiter les compagnies dans les villes et il assiste aux revues des inspecteurs et commissaires.

Le régiment de Turpin Hussards (1747-1761), aux ordres du comte Turpin de Crissé, se trouvait en décembre 1758, en cantonnement d'hiver du côté de Wuppertal, pendant les opérations de la guerre de Sept Ans.

Grâce à l'admirable dictionnaire du général Raymond Boissau Dictionnaire des officiers de hussards de l'Ancien Régime - des origines à Valmy (1693-1792, Ed. Archives et Culture, Paris, 2015, il est possible d'identifier le titulaire de ce brevet, qui fit toute sa carrière dans les hussards :

Si vous désirez voir ce document en haute définition au format pdf, cliquez ici.

Congé limité (1786)

Congé limité d'un hussard du 2° Régiment de Hussards 1786
Congé limité d'un hussard
2° Régiment de Hussards 1786

L'officier traditions s'est également procuré, un congé limité (4 mois) pour un hussard de Chamborant Houzard, Jacob Ganth, établi le 7 juillet 1786 pour se rendre à Paris, de la compagnie du capitaine François Joseph Grassmann (lequel était parti à la retraite le 25 avril 1786...? ).

Le congé est signé :

Si vous désirez voir ce document en haute définition au format pdf, cliquez ici.

Invitation manifestation Senlis - 1911

Le Hussard de 1° Classe Lamarque, 2° Hussards, Tarbes vers 1920
Invitation manifestation sportive - Senlis

Un anecdotique document du 2e Hussards : une invitation du colonel et des officiers pour assister à une manifestation sportive à Senlis, le 11 juillet 1911 (le chef de corps était alors le colonel de Carbonnières).

M. de La Boisserie, conseiller municipal, de son vrai nom Henry Turquet (1864-1931) avait vainement essayé de joindre le nom de sa mère Bravart de La Boisserie à son nom, ce que le Conseil d'Etat en date du 20 août 1887 lui avait refusé.

Camérier secret de Cape et d'Épée de L.L.S.S. des papes Léon XIII, Pie X, Benoît XV et Pie XI, il avait été fait comte romain par bref de 1888.

Il était effectivement conseiller municipal de Senlis, vice-président de l'Association des Camériers français et administrateur de l'hôpital général de Senlis. Chevalier de St Grégoire le Grand (Vatican), sa descendance a été autorisée à porter le nom de Turquet Bravart de la Boisserie... en août 1931.

2e Hussards à Tarbes

Mise à jour : 14 mars 2021

Le Hussard de 1° Classe Lamarque, 2° Hussards, Tarbes vers 1920
Le Hussard de 1° Classe Lamarque
2° Hussards, Tarbes vers 1920

Il y a déjà quelques temps, Monsieur Patrick Camedescasse nous avait transmis de nombreux documents et photographies datant de la période 1920, lorsque le 2e Hussards d'entre-deux guerres était stationné à Tarbes, au Quartier Larrey, aujourd'hui occupé par "Bercheny", le 1er Hussards Parachutistes. Ces photos et documents lui viennent de son grand-père, le Hussard de 1ère Classe Pierre Lamarque et ont fait l'objet d'une mise en page particulière.

Ayant la possibilité par un ami de coloriser des photos d'époque, il a souhaité commencer par celle montrant son grand-père à cheval au régiment et a fait appel au site pour trouver les couleurs adéquates. Le Chef d'Escadrons (R) Massoni, notre officier traditions lui ayant indiqué ces dernières, il nous a ensuite fait parvenir le résultat (ci-contre).

Les tenues de cette époque sont généralement les surplus de la Première Guerre Mondiale, souvent très "fatiguées" :

L'incroyable "odyssée" du coffre du Lieutenant Honnorat

Mise à jour : 13 mars 2021

Le coffre du Lieutenant Honnorat, transformé en armoire à outils
Le coffre transformé en armoire à outils

Le coffre du Lieutenant Honnorat du 2e Hussards
Le coffre du Lieutenant Honnorat du 2e Hussards

Une dame habitant la région de Poitiers, voulant se débarasser d'un coffre en bois marqué "LTN HONNORAT - 2e HUSSARDS" s'est dit que cela ferait peut être plaisir à la famille de ce dernier de récupérer cet objet, qu'elle avait elle-même trouvé il y a trois ans à la recyclerie du "Grand-Poitiers", où elle travaille. Elle a, suite à des recherches sur Internet, découvert qu'un Monsieur Honnorat était conseiller municipal de la localité de Bruguières, en Haute-Garonne et elle contacte la mairie.

Le cabinet du maire de Bruguières contacte ce Jean Honnorat qui se trouve être colonel en retraite et président de la section de Haute-Garonne de la Société des membres de la Légion d'Honneur. Il se trouve aussi que ce colonel est un ancien camarade de promotion de Saint-Cyr (Promotion Capitaine Guilleminot) de deux de nos anciens mestres de camp, le colonel Ballarin et le Général de corps d'armée Lépinette.

N'ayant pas dans sa famille de militaire ayant servi au 2° Hussards, il décline l'offre de cette dame mais nous met, webmaster, dans la boucle par le biais de ce site (Nous cont@cter). Nous contactons aussitôt la dame pour lui dire que cette malle intéresse sans doute le régiment, ce qui est rapidement confirmé et c'est avec grand plaisir qu'elle accueille la proposition que nous le récupérions pour notre salle d'honneur ou le club des lieutenants.

Notre officier traditions et votre serviteur font quelques recherches sur ce lieutenant qui, dans les faits, n'est passé que très peu de temps à Chamborant :

HONNORAT (Henri, Pierre Edmond), est né le 11 juin 1893 à St Servan (Ille et Vilaine), il est incorporé le 11 octobre 1912 et est élève de l'École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, promotion "Montmirail" (une de celles qui contribua à l'histoire du fameux serment de monter à l'assaut en casoar et gants blancs à sa sortie d'école en août 1914). Cette promotion fut parmi les plus décimées par les conflits du siècle dernier (233 Morts pour la France sur 462 élèves en 1912 cf. son historique et ses officiers les plus célèbres dans le document pdf de la Saint-Cyrienne). Un ancien chef de corps de Chamborant figure d'ailleurs parmi ses camarades de promotion : le Général Richard Boutaud de la Villéon

Nommé sous-lieutenant le 5 août 1914 (JO du 18 août 1914) Edmond Honnorat est affecté au 2e Hussards [pour l'instant, on ne le trouve pas dans le JMO du 2e Hussards], nommé lieutenant le 5 mai 1915, puis capitaine le 25 mars 1925, il sert au 1er Chasseurs d'Afrique [référence Etat Militaire des officiers de la cavalerie pour 1927].

Chevalier de la Légion d'honneur le 16 juin 1920, son nom apparaît comme stagiaire de la 52e promotion de l'École Supérieure de Guerre.

Les recherches généalogiques, d'un autre côté, permettent de trouver que dans sa descendance figure le Général Flavien de Broissia, son petit-fils, ancien chef de corps du 2e Régiment de Dragons, lequel, contacté et habitant la région de Poitiers, indique qu'il ne connaissait pas l'existence de ce coffre (et n'est pas celui qui s'en était débarassé à la recyclerie !). Il va chercher des éléments (dont une photo et nous les communiquera).

La récupération s'est faite aux alentours de Noël, par l'intermédiaire de notre chef de corps dont les parents habitent la région.

Le coffre du Lieutenant Honnorat, arrivé à Haguenau, de retour dans son régiment plus de 100 ans après ...
Le coffre de retour dans son régiment plus de 100 ans après ...

Un Chamborant célèbre à l'honneur

Mise à jour : 12 décembre 2020

Parmi les Chamborant célèbres ayant marqué l'histoire de notre régiment au long des siècles de son existence et que vous pouvez voir dans la rubrique qui leur est consacrée, il en est un dont la vie particulièrement riche et trépidante va faire prochainement l'objet d'un livre biographique : le Capitaine Charles Nungesser.

Couverture du livre Nungesser de l'As de la Grande Guerre au disparu de l'Atlantique par Patrick de Gmeline - Editions du Rocher
Nungesser par Patrick de Gmeline

Le livre sera publié en février, voici sa présentation par l'éditeur :

Vous pouvez commander le livre en vous rendant, ici, sur le site des Editions du Rocher ou chez votre libraire.

... et vous mettre "l'eau à la bouche" avec ces quelques rares et magnifiques photos qui figureront parmi d'autres dans le livret de 16 pages photos au sein de l'ouvrage :

Nungesser au 2e Hussards - Photo © Editions du Rocher
Nungesser au 2e Hussards
Nungesser dans une Rolls - Photo © Editions du Rocher
... dans une Rolls (1920)
Nungesser et son fidèle képi du 2e Hussards - Photo © Editions du Rocher
... avex son fidèle képi du 2e Hussards
Nungesser examinant un avion allemand abattu - Photo © Editions du Rocher
... examinant un avion allemand abattu
Nungesser devant un Voisin B de la 106e VB en 1915 - Photo © Editions du Rocher
... devant un Voisin en 1915

et en consultant la page spéciale "Nungesser" que nous avions rédigée il y a quelques années sur ce site, consacrée à sa carrière post-militaire et aux "récentes" recherches (2009) lancées par un passionné d'aviation pour retrouver la trace de l'Oiseau Blanc.

Une photo dédicacée de Nungesser, acquise récemment par le régiment, figure en bonne place dans la salle d'honneur et illustre cette période intense de la vie du régiment qu'est la 1ère Guerre Mondiale.

Acquisition salle d'Honneur

Mise à jour : 12 décembre 2020

Grâce à une veille cybernétique toujours affutée du Lieutenant-colonel (ER) Martin Claire, ancien OSA de Chamborant, le Chef d'Escadrons (R) Gérard-Antoine Massoni, notre officier Traditions, vient de faire l'acquisition pour la Salle d'Honneur d'un portrait représentant un officier du Régiment Mort pour la France en 1916.

René RATISBONNE (1879-1916), lieutenant (réserve) au 2e escadron du 2e Hussards, mort pour la France le 17 novembre 1916
René RATISBONNE (1879-1916)

Il s'agit d'une huile sur toile, représentant René RATISBONNE (1879-1916), lieutenant (réserve) au 2e escadron du 2e Hussards, mort pour la France le 17 novembre 1916.

La toile est signée d'Edouard CABANE (1857-1942) : il fut l'élève de William Bouguereau (le grand maître de la peinture académique, pour ne pas dire de l'art pompier) et reçut un deuxième Grand Prix de Rome en 1884. Ses oeuvres, référencées dans la base Joconde du Ministère de la Culture, sont présentes dans les musées de Bordeaux, Troyes et Poitiers (voir notice sur Wikipédia).

La toile ovale fait 73 X 60, avec son cadre : j'attends de la réceptionner pour voir s'il faut nettoyer la toile et restaurer le cadre.

Le lieutenant RATISBONNE est représenté en tenue du 2e Hussards, avec croix de la légion d'honneur et croix de guerre. Il porte sur la manche gauche, 3 chevrons, indiquant 2 ans de présence au front (le premier pour 1 an, les suivants pour 6 mois). La toile a visiblement été réalisée par sa famille, après sa mort.

René, Achille, Sigismond RATISBONNE, né le 26 août 1879, à Ville d'Avray (Seine et Oise) Étudiant, engagé volontaire pour 4 ans au 17e Chasseurs en novembre 1899, brigadier en août 1900, maréchal des logis en octobre 1901, passé dans la réserve active en novembre 1903. Nommé sous-lieutenant de réserve au 21e Chasseurs en avril 1905, lieutenant en 1909.

Il habitait avec sa mère au 21 avenue Kléber à Paris 16e

Marié en 1907, avec Gabrielle Marie BOUCHER ; un fils, Jean RATISBONNE (1908-1993) qui épousera Simone de DREUX-BRÉZÉ.

Rappelé à l'activité dès le 3 août 1914 au 21e Chasseurs, passé au 4e Hussards (Saumur), puis au 12e escadron du 3e Bataillon du 5e Cuirassiers à pieds, à la dissolution de son escadron.

Passé au 2e Hussards le 27 juin 1916, venant du 5e Cuirassiers, par permutation avec le lieutenant de Poucheville (voir JMO du 2e Hussards, 26 N 894/10)

Désigné le 8 novembre 1916, pour faire partie du détachement du 2e Hussards (2 escadrons - 352 cadres et hussards), qui avec 2 escadrons du 4e Hussards doit constituer un "Bataillon de Hussards".

Citation au Journal Officiel du LTN (R) René RATISBONNE (1879-1916), lieutenant (réserve) au 2e escadron du 2e Hussards, mort pour la France le 17 novembre 1916
Citation du LTN (R) René RATISBONNE

Tué à l'ennemi par une balle de shrapnel, à la tête le soir du 17 novembre 1916, à la lisière Sud du village de Maucourt. Inhumé dans un premier temps à Le Quesnel, arrondissement de Montdidier (Somme), dans le cimetière communal, le long du mur Nord, côté Ouest, tombe 196.

Cité à l'ordre par le colonel Gouzil, du 2e Hussards. Chevalier de la légion d'honneur (JO du 29 juin 1919, p. 6644):

2e régiment de Hussards : RATISBONNE (René, Achille), mle 97, lieutenant : Au front depuis le début de la campagne. A toujours montré de brillantes qualités d'énergie et de sang-froid. A été notamment d'un bel exemple pour ses hommes aux tranchées pendant de fréquents bombardements. A été tué pendant un service de ronde, le 17 novembre 1916. A été cité.

Acquisition salle d'Honneur

Mise à jour : 12 décembre 2020

Quasiment à la veille des commémorations du 11 novembre, le Chef d'Escadrons Gérard-Antoine Massoni, Officier Traditions du Régiment, vient d'acquérir pour la Salle d'Honneur du Régiment un diplôme d'Hommage de la Nation.

Diplome d'Hommage de la Nation du Hussard Jean-Marcel Lacombe
Diplome d'hommage de la Nation

Il est attribué au hussard Jean Marcel LACOMBE, né le 12 mars 1893 à Paris (20e arrondissement), charretier incorporé au 2e Hussards le 29 novembre 1913, mort pour la France le 20 janvier 1915, à Nieuport / Nieuwpoort (Belgique), appartenant à l'escadron à pied (composé d'éléments du 3e et du 4e escadron). Le régiment perdit 4 hussards le 20 janvier 1915, à Nieuport.

Lieutenant Edmé Andras de Marcy, commandant la section de mitrailleuses du 2e Hussards, Mort pour la France secteur de Nieuport (Belgique) 1915
Lieutenant Edmé Andras de Marcy

Extrait de l'historique de cette période :

Les opérations en Artois et en Champagne (1915)

Les chevaux mangent leur fourrage au cantonnement, dans les villages de l'arrière dans l'attente d'une percée qui ne vient pas. Les hommes tiennent les secteurs de Nieuport, de Saint-Georges (décembre 1914 - janvier 1915), où est tué le lieutenant Edmé Andras de Marcy, commandant la section de mitrailleuses du régiment, d'Arras (de février à mai), Neuville-Saint Vaast et Aix Noulette (juillet et août 1915), où le régiment déplore 11 morts en 3 jours entre le 8 et le 11 août 1915.

Secteur de Nieuport (Belgique) 1915

Le diplôme est agrémenté d'un petit ruban tricolore, le diplôme est signé par le président de la république Raymond Poincaré. Il ne reste plus qu'à le faire encadrer pour qu'il ait toute sa place dans la salle d'honneur du régiment.

hongroise 2RH

Copyright "Amicale des anciens de Chamborant Houzards" 2011, tous droits réservés

Ce site est dédié au Général Dumouchel de Prémare, Chef de Corps de 1981 à 1983 et Président de notre Amicale de 1993 à 2005

/