Théâtres d'Opérations Extérieurs

Textes extraits du livre 2e Régiment de Hussards

2e Régiment de Hussards Infiltration dans une forêt kosovare

Dès le printemps 1999, alors que l’OTAN s’engageait au Kosovo contre la Serbie du président Milosevic, le régiment était sollicité à hauteur d’un détachement à 4 patrouilles dont une de radars de surveillance (RASIT), renforcé d’un élément d’intervention, aux côtés des autres formations de la brigade de renseignement pour constituer, aux ordres de cette dernière, un bataillon renseignement. Ce détachement participa d’emblée aux actions de recherche, au profit préférentiellement de la brigade multinationale Nord, mais aussi de l’ensemble de la KFOR.

Insigne Operation Trident - Kosovo

Depuis, le détachement s’est adapté aux diverses variations de la force en changeant de volume et de subordination. Rattaché à la brigade multinationale Nord puis Nord-Est, sous commandement français, au sein du sous-groupement renseignement (SGR) installé dans un premier temps au coeur de Mitrovica dans l’ancienne usine de tabac puis au sein du camp de Belvédère, il a rejoint depuis plusieurs années le camp de Novo Selo avec le bataillon de commandement et de soutien (BCS), l’unité dont relève administrativement le SGR, et le PC de la brigade multinationale dont il dépend sur le plan opérationnel.

Mitrovica - Le Pont d'Austerlitz sur l'Ibar

Renseignant essentiellement la brigade multinationale mais aussi, selon les cas, l’ensemble de la KFOR, il a pris part à toutes les actions accompagnant le retour à la paix de cette province et les crises majeures ayant ponctué cette stabilisation progressive, notamment celles de l’été 2004.

C’est aussi au Kosovo que fut engagé pour la première fois un module spécialisé dans le renseignement caméra au profit de l’état-major de la KFOR, alorssous commandement français. Initialement dévolus à la couverture d’événements sous forme de reportages, les besoins évoluant, les moyens et les techniques opérationnelles furent progressivement adaptés selon les besoins des chefs, pour aboutir au concept permettant d’établir des dossiers élaborés, notamment lors des crises et manifestations interethniques successives.

2e Régiment de Hussards Un binôme en infiltration

Lors de la réorganisation des forces au Kosovo en 2005, les unités se réorganisent pour préparer la transition des structures en brigades multinationales vers une structure en "task-forces", structures plus réduites repliées sur les implantations militaires principales.

La Brigade Multinationale Nord Est (sous commandement français) transforme le Sous Groupement Renseignement (SGR) en Intelligence & Surveillance Unit (ISR) structure plus compréhensible en milieu multinational. Cette réorganisation voit notamment au cours des divers mandats qui se succèdent après le printemps 2005 la fermeture des "villas" implantées des deux côtés de l'Ibar et l'incorporation d'un peloton de reconnaissance luxembourgeois (en 2006), autrefois inséré au sein de la compagnie belge du BATFRA, les belges ayant retiré leurs troupes. C'est ce peloton qui est représenté sur l'insigne du Mandat XXIV de l'ISR (mandat de février à juin 2007) par le lion luxembourgeois (cf. Insigne de bras des forces luxembourgeoises ci-dessous).

2e Régiment de HussardsInsigne ISR Kosovo Mandat XXIV Insigne bras forces armées luxembourgeoises

Les pelotons luxembourgeois effectuent d'ailleurs la phase finale de leur préparation opérationnelle au sein du 2ème Hussard, l'EMAT ayant délégué à ce dernier la préparation mise au point par le Régiment sous le commandement du Colonel RENARD et du Lieutenant-colonel Gaston REINIG, commandant le Centre Militaire luxembourgeois (depuis devenu général et Chef d'Etat-Major des Armées de ce pays). Le peloton effectue avec ses moyens une quinzaine de jours d'instruction, dont un exercice en terrain libre, pour travailler les savoir-faire et procédures nécessaires à une bonne coopération sur le théâtre.

Le détachement de recherche dans la profondeur est réduit à deux patrouilles de recherche, il poursuit sa mission au profit de la force par des actions de renseignement en mode banalisé ou furtif, adaptant ses savoir faire pour passer notamment des zones rurales du début de la crise et se focaliser davantage sur les villes où se concentrent les activités.

Au sein de cette nouvelle structure multinationale, il combine ses actions avec les autres capteurs armés par ses régiments frères de la brigade de renseignement mais aussi avec le peloton luxembourgeois, notamment grâce aux périodes de mise en condition opérationnelles qui ont non seulement permis aux hommes de se connaître mais aussi de rendre complémentaires leurs modes d'action, voire d'en développer de nouveaux.

2e Régiment de Hussards Une Patrouille de Recherche Profonde sous la neige au Kosovo

Les structures ont évolué mais les Hussards de Chamborant sont toujours, bien des années après le déclenchement de la crise, engagés au sein de l’Intelligence Surveillance and Reconnaissance Unit de la Multinational Task Force North. Le Kosovo est le théâtre sur lequel le régiment a été engagé depuis le plus longtemps, avec plus de vingt-cinq mandats.

NDW : La stabilisation de ce théâtre se poursuivant, l'OTAN est passé progressivement en 2009 dans une phase de désengagement appelée "Présence dissuasive", ce désengagement, associé aux besoins sur d'autres théâtres et aux contraintes du déménagement du Régiment vers Haguenau a vu le retrait des deux patrouilles restantes. La proximité du théâtre avec la métropole et le maintien sur place des moyens lourds (véhicules principalement) assurant une réversibilité : la possibilité de redéployer rapidement le Détachement de Recherche Profonde est toujours possible en cas de regain de tension.

Hongroise

Retour

Copyright "Amicale des anciens de Chamborant Houzards" 2009, tous droits réservés