- Chefs de Corps 2e Hussards - Baron François Joseph Gérard - Colonel

Colonel François Joseph Gérard

1806-1809

Hongroise

Comte de l'Empire - Général de Division de Cavalerie

La tombe du Comte Gérard - Colonel du 2 RH au Père Lachaise

Photo de sa tombe restaurée au Père Lachaise 38e Division
Restauration 1999 - maîtrise d’œuvre ACMN / Bernard Got - Financement Souvenir français

Eléments de biographie

Source : Association de conservation des monuments napoléoniens

Né à Phalsbourg (Moselle) le 29 octobre 1772, Engagé volontaire au régiment des hussards d’Esterhazy (5e hussards en 1791), en 1787. Aide de camp de Kleber (1796), de Ney (1797), chef d’escadron au 4e hussards en 1799, major au 3e hussards en 1803, colonel du 2e hussards en 1806, baron de l’Empire en 1808, général de brigade en 1809, général de division en 1813, prisonnier de guerre à Dresde. Commandant la 4e division militaire à Nancy en mai 1815. Inspecteur général de cavalerie en 1816, grand officier de la Légion d’honneur en 1830.

Il meurt à Beauvais (Oise), le 18 septembre 1832, lors de la grande épidémie de choléra qui emporta tant de grands noms de l'Empire (Daumesnil, Pelletier de Chambure, etc..).

Son nom est inscrit sur l’Arc de Triomphe de l’Étoile.

Compléments de biographie

Source : Wikipédia

Il entra en 1787 dans le 5e (depuis 4e) de hussards ; il fut assez longtemps dans les grades subalternes, mais les guerres de l'Empire lui fournirent l'occasion de déployer tout son talent et de s'élever aux premiers grades. Devenu major du 3e hussards le 6 brumaire an XII, il obtint le 4 germinal suivant la décoration de la Légion d'honneur.

Colonel du 2e régiment de hussards le 7 octobre 1806, il fit partie de la Grande Armée en 1806 et 1807.

Le 17 mars 1807 il repoussa 1 500 Prussiens, sortis de Glatz, les rejeta dans la place, leur prit 100 hommes et 2 bouches à feu.

Passé en Espagne en 1808, il devint général de brigade le 10 mars 1809, baron de l'Empire et commandeur de la Légion d'honneur le 31 octobre suivant.

Rappelé en France à la fin de 1811, il fit les campagnes de 1812 et 1813 à la Grande armée. Il seconda le maréchal Ney au passage et à la bataille de la Bérézina, en contenant pendant une journée les nuées de Cosaques qui cherchaient à l'entamer.

Général de division le 29 septembre 1813, dans une sortie de Dresde, à la tête d'une brigade de cavalerie, il chargea vigoureusement l'ennemi, et le mit en fuite.

Fait prisonnier en violation de la capitulation de Dresde, le 14 novembre 1813, il ne rentra en France qu'en mai 1814.

Le 5 septembre 1814 le Roi le nomma commandant supérieur de Landau (5e division militaire). Le 18 mai 1815 l'Empereur lui confia le commandement de la 4e division militaire.

Mis à la demi-solde lors du licenciement général, en 1815, il fut bientôt rappelé, et dans les années 1819 et 1820 il remplit les fonctions d'inspecteur général de cavalerie. Il fut mis à la retraite en 1824; mais la Révolution de 1830 le rappela à l'activité. Il reçut le commandement d'une division de cavalerie à la formation de l'armée du Nord. Il fut nommé aide-de-camp de Louis-Philippe Ier, puis aide-de-camp du duc de Nemours, le 14 septembre 1832.

Gérard venait de passer la revue d'un régiment de cavalerie en garnison à Beauvais, lorsqu'il fut subitement atteint du choléra, le 17 septembre 1832; il succomba le lendemain à la violence du mal. Son nom est inscrit sur le côté Nord de l'arc de triomphe de l'Étoile.

Carrière militaire :

Décorations, titres et distinctions

Roman - Les Exploits du Brigadier Gérard
Vieille édition britannique

Roman - Les Exploits du Brigadier Gérard
Brigadier Gérard

Une des sources d'inspiration de Conan Doyle

Conan Doyle a fait de ce célèbre hussard le type même du soldat français aimant passionnément son pays, courageux (voire téméraire), qui réalise des prouesses et ne compte plus ses conquêtes féminines, dans le roman Les Exploits du Brigadier Gérard. Voir pour le contenu de ce volume et de nombreuses illustrations La société Sherlock Holmes de France.

Un des plus grand chevaux de courses britanniques du siècle dernier

Pour l'anecdote encore, amusante s'agissant d'un cavalier, notre ancien chef de corps a donné son nom et son grade (Général de Brigade),à travers ce même roman bien sûr, à l'un des chevaux de courses de plat les plus célèbres en Angleterre au siècle dernier : Brigadier Gérard ! (1968-1989) (Plus de détails sur Wikipédia)

Source partielle

« François Joseph Gérard », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852

Retour

Copyright "Amicale des anciens de Chamborant Houzards" 2009, tous droits réservés