Le 6e Escadron

Escadron de Traitement et de Diffusion du Renseignement

"BRAUNSBERG"

Insigne du 6ème escadron du 2ème Hussards

Mission Organisation

Mission principale de l'unité :

Créé en juin 2010, le 6ème escadron du 2ème régiment de hussards (2ème RH) est une unité qui est issue de la volonté de l'armée de terre, de la brigade de renseignement et du régiment, de se doter des capacités de commandement et de contrôle performants dans la conception, la conduite et l'exploitation des opérations de renseignement mono et multi capteurs.

Braunsberg à sa création en 2010
Braunsberg à sa création en 2010

Constitué de deux pelotons de transmissions, d'un peloton de traitement de l'information et d'un peloton de commandement et logistique , l'escadron est destiné à rassembler, rationaliser, et densifier, au sein d'une même unité, l'instruction et l'entraînement des pelotons dédiés au traitement et à la diffusion du renseignement, ces deux fonctions, conjuguées à la recherche, faisant du 2ème RH un système de renseignement à part entière.

Les missions de l'escadron sont nombreuses : déployer et assurer la mise en ouvre des structures de commandement du régiment (PC du centre de traitement et de diffusion du renseignement, PC d'un bataillon de renseignement multicapteurs) ; élaborer les bases de données ; configurer et déployer les plates formes des systèmes d'information opérationnels ; mettre en ouvre les liaisons radioélectriques ; traiter et diffuser le renseignement ; expérimenter des équipements nouveaux.

L'escadron possédant une double vocation SIC et renseignement, il concentre en son sein les spécialistes renseignement état major du régiment, et une grande partie des spécialistes SIC, qu'ils soient ERM, ESRI, RSI, ou SSIC. Ces derniers mettent en ouvre les différents SC (HF/VHF/UHF/SATCOM) et SIO (GRANITE, SAER, MAESTRO...) du 22ème RH RH.

Grandes Activités :

Pleinement intégré au cycle opérationnel du 2ème RH, le 6ème escadron projette aujourd'hui du personnel en auto relève sur trois théâtres d'opération : Afghanistan, Tchad et Liban.

Il est au cour de toutes les activités du régiment. En 2011-2012, il a participé à trois exercices majeurs (EDGY OWL, GYR FALCON, CHAMBORANT). Pour 2013, le 6ème escadron se prépare pour l'exercice FORTEL du mois de mars qui sera l'ANTARES du 2ème RH.

A l'image des autres escadrons du régiment, le 6ème escadron porte un nom de tradition : « BRAUNSBERG », en référence à l'une des 92 batailles auquel le régiment a participé au cours de ses 275 ans d'histoire au service de la France.

Les commandants d'unité de Braunsberg

Juin 2010 - Juin 2012 Capitaine Marc PEZET Juin 2012 - ... Capitaine Nicolas CHASSILLAN

Historique du nom de tradition

Hussards noirs de Prittwitz 1807
Hussards noirs de Prittwitz 1807

Comte Antoine de la Roche-Aymon, chef de corps du 2° Hussards prussien 1809
Comte Antoine de la Roche-Aymon

C'est pendant la campagne de Pologne (1806-1807) contre l'armée russe et les restes de l'armée prussienne qu'a lieu le fameux combat entre les Frères Bruns et les Frères Noirs :

Le major des escadrons des « hussards noirs » n°5 de Prittwitz, le comte de La Roche-Aymon, un émigré français, est entré à Braunsberg le 23 février 1807. Dans le château, il a trouvé, 2 sauvegardes d'infanterie française, qu'il a renvoyées escortées d'un de ses trompettes. Ce trompette lui rapporte un billet ainsi conçu : « Les Frères Bruns saluent les Frères noirs. A demain midi ». C'était un cartel en règle.

Le jeudi 26 février, à l'heure dite, les « Chamborant » formant l'avant-garde des troupes françaises du général Dupont culbutent les « hussards noirs » lors d?'une charge audacieuse, et les poussent sur Braunsberg. Le major de La Roche-Aymon reforme alors ses hussards, et leur fait exécuter une brillante contre-attaque. Aucun des adversaires n'a l'intention de céder, mais finalement, les « hussards bruns » prennent l'avantage démontrant leur supériorité sur les « hussards noirs » de Prittwitz. Les Français s'emparent ensuite de Braunsberg, capturant environ 1000 prisonniers et 6 canons.

Armes de la ville de Braunsberg
Armes de la ville de Braunsberg
Charge de Hussards noirs prussiens
Charge de hussards noirs prussiens
Insigne des hussards noirs
Totenkopf des hussards noirs

Hongroise

Extrait des carnets du sous-lieutenant Jules Marnier du 24e régiment de ligne , voici la prise de la ville de Braunsberg (aujourd'hui Braniewo) en Prusse-Orientale Source : Blog Libres propos

"L'ennemi nous attendait en grande force, non loin de Braunsberg, malgré son échec du 16, à Ostrolenka : vingt pièces de canon firent bientôt pleuvoir au hasard dans la direction de la route, boulets, obus et mitraille. En ce moment la neige tombait à larges flocons, nous pûmes à l'aide de ce rideau blanc manouvrer sans être aperçus, et fondre inopinément sur la ville en tournant l'ennemi par sa droite.

Un rayon de soleil démasqua notre mouvement, l'ennemi reforma son aile droite pour nous faire face, mais déjà nous atteignions les jardins d'enceinte. Ma compagnie, commandée par le lieutenant Tasset, engage aussitôt le combat corps à corps, avec un bataille de grenadiers prussiens postés en réserve sur la place du grand faubourg, en avant du pont de la Passarge. Dès lors, la fusillade se croise, ardente et sans relâche ; Tasset est tué, je prends le commandement de la compagnie. Je fais remarquer aux hommes une certaine hésitation dans la troupe qui nous est opposée ; nous crions tous d'une seule voix : A la baïonnette ! Le clairon sonne la charge... une balle l'étend à terre, je me saisis de son instrument, trop inhabile pour en tirer les notes de circonstance, je les remplace par le cri : Vive l'Empereur ! Devant cette exclamation magique, rien jamais n'avait su résister aux Français. Le bataillon prussien tire au hasard et se prend à fuir. Infanterie, artillerie, cavalerie traversent dans une confusion incroyable et la baïonnette aux reins, le pont, leur unique ressource.

Nous n'étions pas soixante réunis, c'était trop peu pour barrer le pont, mais c'était assez pour cribler ceux qui en tenteraient le passage ; nous tirions à bout portant.

Le pont est bientôt couvert de cadavres, l'ennemi cherche de tous côtés des issues pour effectuer sa retraite qui se change en affreuse déroute."

Jumelage

A l'occasion de la passation de commandement du 6ème Escadron entre les capitaines Marc PEZET et Nicolas CHASSILLAN qui s'est déroulée rue du Général De Gaulle à Seltz, le Colonel DANÈS, chef de corps a signé avec le maire de cette petite commune un protocole de jumelage avec l'Escadron BRAUNSBERG.

Le Colonel Guillaume Danès, chef de corps et le maire de Seltz
Le Colonel Guillaume Danès, chef de corps et le maire de Seltz,
à l'issue de la cérémonie et de la signature (Photo © DNA)

Seltz est une commune française, située dans le département du Bas-Rhin et la région Alsace. La ville de Seltz (Selz en allemand) doit son nom latin (Saletio) aux Romains qui choisirent le site pour sa position géographique et stratégique au bord du Rhin. Située sur la frontière de l'empire (limes), la cité jouait le rôle de forteresse face aux tribus barbares. (Source Wikipédia)

Coïncidence ? L'on sait que le 2ème Régiment de Hussards a eu pour première garnison Haguenau. Sur le site Wikipédia l'on peut aussi découvrir que Charles Louis Conrad, né en 1785, capitaine adjudant-major aux hussards de la Meurthe [NDW : 2ème Hussards par la suite.] cité en tant que membre de l'ordre de la Légion d'Honneur est natif de Seltz.

Visitez le site de la ville de Seltz

Blason de la ville de Seltz
Blason de la ville de Seltz

Retour

Copyright © "Amicale des anciens de Chamborant Houzards" 2012, tous droits réservés